Atravessar

Sur une idée d’Élise Girardot, le projet Atravessar est un groupe de recherche formé par un artiste et une commissaire Français.e.s et une artiste et une com- missaire Brésilienne :

Élise Girardot, curatrice, Bordeaux. Erwan Venn, artiste, Bordeaux.
Gê Viana, artiste, São Luís. Daniela Labra, curatrice, Rio/Berlin.

A partir d’un papier peint panoramique, d’objets d’art, d’architecture, d’archives, de récits de voyages, des témoignages et des rencontres, ce quatuor a croisé les héritages coloniaux en étudiant l’Histoire et les enjeux des colonisations portugaises et françaises sur le territoire de Rio, et, sur un même principe, les stigmates d’échanges coloniaux à Bordeaux et La Rochelle, cités ouvertes sur l’Atltantique.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Journal de bord du voyage du 26 septembre au 6 novembre 1868 :

Le 5 novembre, à 6h du matin, aperçu la côte du Brésil. A midi, reconnu l’île Itamaraca à tribord devant. Couru plusieurs bordées et gouverné d’après la terre. A 10h du soir vu le feu de Pernambuco. Le 6 à 3h du matin, fait petite toile jusqu’au jour. Pris le pilote à 7h1/2 et gouverné suivant les indications. Entré dans le port à 8h du matin et amarré au Récife.Pernambuco le 6 nov 1868
Pierre Nédélec

L’interêt d’Erwan Venn pour le Brésil est venu d’une marine peinte autour de 1870, représentant le St André, vaisseau qui trônait dans le salon de ses parents, au dessus d’une commode fait de bois de Pernambouc. Mystérieux navire piloté par un mystérieux arrière arrière grand père, Pierre Nédélec, qui assurait le commandement de ce navire, qui vogua entre Le Havre et Recife de 1860 à 1880.

Continuant son exploration des héritages familiaux, Erwan Venn a réalisé à Rio de Janeiro, en avril 2022, un ensemble d’aquarelle de grand format. Référence de la chanson aquarela do brasil, tiré du film Brazil de Terry Gilliam. Les grand format réalisés sont inspiré du format d’un papier peint panoramique à motif Brésilien de 1830. Depuis plusieurs années, Erwan Venn utilise le papier peint comme outils visuels, qui lui permet de créer des narrations. Métaphores de l’idéologie et des comportements collectifs inconscient, les motifs des papiers peints sont des ornements puissants, révélant une mémoire collective et individuelle. Présent et invisible, le papier peint reproduit à l’infini un même motif, du bas de la plinthe au plafond, créant des espaces immenses pour l’imaginaire.

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

%d blogueurs aiment cette page :